Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 19 avril 2013

LES COMMUNES LIBRES de 1870-1871 : entre résistance, auto-gouvernement, mesures sociales et projet politique alternatif de confédéralisme démocratique

La tradition française de la démocratie directe locale et l’idée de confédéralisme municipal : des pistes de solutions sociales, économiques et politiques ?

Pourquoi, pour Albert Camus, « la grande révolution [était] moins la Révolution française que la Commune » de Paris (1) ? Le phénomène des Communes libres (Paris, Marseille, Lyon) de 1870-1871 est tout à la fois une résistance (contre l’armée Prussienne, qui est aux portes de Paris, et contre l’État français) nationale et une tentative démocratique d’auto-gouvernement appelant à « l’affranchissement de toutes les communes de France » et à une « République des Communes ».

Pendant ces quelques 10 semaines d’indépendance et de résistance, la population parisienne va non seulement réussir à se défendre et à gérer l’administration de la ville, mais elle va également décider de toute une série de mesures politiques inédites pour l’époque, en avance souvent de plusieurs dizaines d’années sur le droit étatique (en avance de plus d’un siècle, par exemple, sur la question de la peine de mort !) et les conquêtes sociales, des mesures de justice, dans l’intérêt des parisiens et parisiennes :

« remise des loyers non payés; suppression des ventes du Mont-de-Piété ; abandon des poursuites pour loyers non payés; allongement des délais pour le paiement des dettes ; attribution de pensions pour les blessés, les veuves, les orphelins, les gardes nationaux tués au combat; réquisition des logements inhabités ; création d’orphelinats; ventes publiques d’aliments aux prix coûtants ; (…) instauration du mandat impératif; (…) proclamation de la République universelle pour réaliser dans les faits l’abolition de l’esclavage votée en 1848 ; incendie de la guillotine place Voltaire, suppression de la peine de mor t; attribution des ateliers abandonnés aux coopératives ouvrières après indemnités aux propriétaires ; réduction du temps de travail à dix heures par jou r; encadrement ouvrier dans les usines et les ateliers ; interdiction du travail de nuit pour les enfants ; égalité des salaires entre hommes et femmes ; création d’un salaire minimum ; mariages par consentement mutuel ; gratuité des actes notariaux; séparation de l’Église et de l’État (…) ; école gratuite et laïque ; instauration d’une inspection des prisons ; création d’écoles professionnelles » (2) ; abolition des maisons de prostitution; fournitures scolaires gratuites (cf : photo).

Lire la suite :
http://populaction.com/dossier-iii-les-communes-libres-de-1870-1871-entre-resistance-auto-gouvernement-mesures-sociales-et-projet-politique-alternatif-de-confederalisme-democratique/

Tag(s) : #Matières Grises, #Alternatives

Partager cet article

Repost 0