Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transmis par Alain, le 12 avril 2017

Pour inciter les gens à voter, on emploie parfois ce slogan : « Ne laissez pas les autres décider à votre place, votez ! ».

Ce slogan est une déclinaison d’un procédé général qui consiste à attribuer au bulletin de vote un pouvoir qu’il ne possède pas. On fait croire que le pouvoir du bulletin de vote est immense, qu’il est une arme redoutable entre les mains de celui qui le possède. Il est, disait Lincoln, plus fort qu’une balle. Celui qui le possède est le maître de sa destinée, il décide de son avenir, il choisit la société dans laquelle il veut vivre.

Pour convaincre l’électeur que son bulletin de vote lui confère un grand pouvoir, les discours électoraux transfèrent sur lui la toute puissance supposée du candidat s’il est élu. Le tract d’un candidat à la présidentielle dit : « Par votre vote, vous avez le pouvoir de changer votre avenir. Avec votre bulletin de vote, vous pouvez tracer un autre chemin pour la France. »

Cette manière de s’exprimer est un raccourci. Ce qu’elle signifie, c’est que, « par votre bulletin de vote, vous avez le pouvoir de m’élire. Et moi, une fois élu, j’aurai le pouvoir pouvoir de changer votre avenir et de tracer un autre chemin pour la France. » En attribuant ainsi à l’électeur les pouvoirs qu’il se suppose, le candidat le flatte et magnifie son vote.

Si le bulletin de vote confère un tel pouvoir, celui qui renonce à l’utiliser renonce par là même à son pouvoir. Il renonce à choisir sa destinée. Il laisse les autres choisir à sa place. Et quand on dit les autres, c’est des autres électeurs, ceux qui voteront, que l’on veut parler. Car en votant, ils feront des choix qui s’imposeront aux abstentionnistes. Et par conséquent, « ils décideront à leur place. »

La réalité est très différente parce qu’en votant, l’électeur ne choisit pas sa destinée mais contribue à l’élection d’un candidat à une fonction politique. Et ce candidat une fois élu, s’il est élu, échappera au contrôle de ceux qui ont voté pour lui. Ce n’est pas parce qu’il s’est présenté sur un programme qu’il sera lié par ce programme. Il le réalisera, partiellement ou pas du tout, mais dans tous les cas, les électeurs ne disposeront d’aucun pouvoir de sanction, de contrôle ou de révocation.

Le message que les élus adressent à leurs électeurs est : « Ne vous occupez pas de vos affaires, nous le ferons beaucoup mieux à votre place. » Mettre son bulletin dans l’urne revient à accepter ce marché. Élire s’apparente donc à la signature d’un chèque en blanc, à l’acceptation d’une mise sous tutelle. De la sorte, élire c’est en vérité laisser quelqu’un d’autre décider à notre place. Cet autre, c’est l’élu lui-même.

A la surestimation grossière du pouvoir du bulletin de vote s’ajoute la surestimation tout aussi grossière des pouvoirs de l’élu, particulièrement du président de la république.

Tous les candidats à la présidence de la république s’expriment comme si, une fois élus, ils deviendront Dieu en personne. Ils nous font croire qu’ils pourront mettre en œuvre tout ce qu’ils choisiront de faire. « Moi président, je ferai ceci, moi président, je ferai cela.. ». Pour promettre la lune à ses électeurs, il doit les convaincre que s’il est élu, il aura le pouvoir de décrocher la lune.

Dans les faits, ce n’est pas parce que le président de la république est appelé chef de l’État qu’il en est réellement le chef. Même si ses pouvoirs sont étendus, il n’est pas libre d’agir à sa guise. Il est soumis à de multiples contraintes. Le président de la république est plutôt un administrateur, un intendant, qu’un chef qui décide de tout à son bon plaisir. L’électeur est ainsi doublement trompé. On exagère son pouvoir sur l’élu et on exagère la marge de manœuvre de l’élu lui-même.

C’est pourquoi ceux qui refusent de laisser les autres décider à leur place, ce sont les abstentionnistes plutôt que les votants qui acceptent tacitement la règle du jeu électoral.

Je pense donc qu’il est possible de retourner le slogan : « Ne laissez pas les autres décider à votre place, votez ! » en « Ne laissez pas les autres décider à votre place, abstenez-vous ! ». Cela pourrait amener certains à réfléchir.

Alain

Tag(s) : #Expression libre

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :